Tatjana Globokar,

Quand l’Ouest rencontre l’Est : un industriel français en Europe centrale

Renault, coopérant avec une usine en Slovénie depuis les années 1970, s’installe définitivement à partir de 1990 afin de faire de cette usine une de ses principales unités produisant pour les marchés occidentaux. La technologie, l’organisation et les méthodes de travail sont entièrement importées de France, voire du Japon. Comment ces changements ont-ils été acceptés par les Slovènes ? Traditionnellement, ceux-ci gardent une certaine méfiance vis-à-vis des étrangers, ont difficilement confiance dans la technicité française. Ils pratiquent au travail un mode de gestion bien différent de celui des Français. Une recherche sociologique menée dans l’usine Revoz a permis de détacher les caractéristiques culturelles qui étaient proches des exigences de l’exemple japonais. La méthode apporte la qualité de Revoz au premier rang des usines Renault.

After having cooperated with a factory in Slovenia since the 1970s, Renault committed itself on a long-term basis as of 1990 to use this factory as one of its principal production units for Western European markets. The technology, the organization and the work methods were entirely borrowed from France–and, to some extent, Japan. How were these changes accepted and adopted by the Slovenes, who are traditionally rather skeptical toward foreigners and who tend to doubt the technical ability of the French? Their management methods are markedly different from those of the French. A sociological study carried out in the Revoz factory revealed cultural characteristics which resembled a Japanese-style transition. The method used by Renault resulted in a quality level at Revoz which placed it among Renault’s best factories.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+