Pierre-Paul Zalio,

Échec industriel et réussite sociale : le cas du capitalisme familial marseillais

La disparition des industries traditionnelles de Marseille est le plus souvent imputée à la crise du port et aux caractéristiques d’un patronat plus spéculateur qu’industriel. Sans rejeter ces explications, l’étude d’une entreprise oléagineuse, l’Huilerie Nouvelle, permet de préciser les liens entre le port comme espace économique et l’entreprise comme entité familiale. Au rôle fondateur joué par la cohésion du groupe familial succède une phase de diversification des alliances qui accompagne la croissance. Ce maillage familial des petites entreprises, redoublé par des investissements sociaux, assure cohérence et efficacité à cette industrie centrée sur la Bourse des matières premières. La concentration de la majeure partie de ces entreprises à la fin des années 1950, au sein de l’Union industrielle des produits oléagineux (Unipol), permet d’analyser une réponse à la concurrence des grands groupes du secteur qui articule regroupement de la production et respect des équilibres familiaux. Mais cette tentative ne permit pas de sauver ce qui fut une des industries symboles de la ville.

In Marseille’s economic history, most authors blame the crisis of the port and the special features of the local bourgeois, who were more speculators than industrialists, for the fading of traditional industries. The study of an oil-producing company, Huilerie Nouvelle, without dismissing such an explanation, clarifies the connections between the port as an economic space and the company as a familial entity. The unity of one family is crucial to the beginning of the company, then its development goes along with a broadening of its alliances. Social networking between small companies is key to the success of an industry that relies on te control of Marseille’s Commodity Exchange. In the 1950s, most of those companies were merged into Unipol in order to compete with foreign rivals; this process developed with great attention to familial interests. But this late attempt failed to save a symbolic industry of Marseille.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+