Odile Henry,

Le conseil, un espace professionnel autonome ?

Il est admis que les ingénieurs-conseils ont joué et jouent encore un rôle important dans l’importation et la diffusion des différentes façons de penser «l’organisation du travail.» Cependant, on ignore encore quelle a été la position occupée par les consultants dans les états successifs du rapport de forces entre le patronat, les ingénieurs, les ouvriers et l’État et pourquoi, c’est-à-dire par quelle nécessité sociale, un espace professionnel du conseil s’est développé entre les deux guerres. Cet espace n’est pas homogène et se structure, dès les années 1920, entre deux pôles: l’un plus intellectuel et lié à l’État et l’autre plus commercial et proche des attentes patronales. L’étude présentée ici observe comment ces deux pôles se sont progressivement consolidés au cours de l’histoire et souhaite apporter une première contribution à une analyse plus générale qui porterait sur la façon dont émerge, s’autonomise et se spécifie le champ du conseil.

It is admitted that consultants have played and still play an important part in the importation and the spreading of different ways of thinking about the « organization and method. » Yet we still ignore what have been the positions taken by the consultants in the successive stages of the power relations between employers, engineers and the State and why, more precisely, by what social necessity a professional space of consulting was spreading between the two wars. This space is not homogeneous and is structured as early as the 1920s between two poles, one more intellectual and linked with the State and the other more commercial and closer to the employers’ expectations. This research observes how these two poles were themselves progressively reinforced during the history and wishes to bring a first contribution to a more general analysis which will deal with the way in which the field of consulting emerges, contains, and specifies itself.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+