Matthias Kipping,

Les tôles avant les casseroles : la compétitivité de l’industrie française et les origines de la construction européenne

L’article démontre qu’une des raisons principales de la proposition française d’une communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) en 1950 fut la compétitivité internationale des industries transformatrices françaises (mécanique et automobile). Celles-ci furent à l’époque handicapées par rapport à leurs concurrents étrangers, allemands notamment, à cause des prix élevés et de la qualité irrégulière des produits sidérurgiques en France. L’ouverture du marché à la concurrence promettait aux utilisateurs (comme aux producteurs) un approvisionnement en acier (voire en charbon) à conditions égales. Les arguments et les propositions des différents protagonistes de l’époque

In 1950, France proposed to establish a European Coal and Steel Community (ECSC). The article shows that one of the major motives for this step was the need to improve the competitiveness of its steel-using industries. In the increasing international competition, the French mechanical engineering and automobile producers were handicapped by high prices and irregular quality of domestic steel products. The ECSC put an end to the monopoly position of the French steel industry. This historical example sheds an interesting light on current discussions about international competitiveness. The protagonists at the time used in fact very « modern » arguments and concepts: the value chain, price and non-price competitiveness, the benefits of competitive pressure.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+