Marie-Françoise Berneron-Couvenhes

Le naufrage de la marine marchande française au XXe siècle

L’étroite association des armateurs, des navigants et des pouvoirs publics a permis à la marine marchande française de surmonter les deux guerres mondiales mais a accentué les rigidités de cette branche et compromis sa capacité d’évolution. Le surcoût du pavillon français n’a pas été compensé par les innovations technologiques des années 1960 tandis que l’insuffisante concentration de l’armement a freiné les adaptations commerciales. Les chocs pétroliers de 1973 et 1979 l’ont précipité dans une crise sans précédent : en 2000, elle ne contrôle plus directement que 1 % du tonnage mondial. Son recul affaiblit la compétitivité du commerce extérieur français et des activités portuaires, et pose la question du rôle de l’État, qui s’est désengagé de ce secteur coûteux au cours des années 1990, tout en affirmant la nécessité du maintien d’un pavillon tricolore.

The narrow association of ship owners, seagoing personnel and authorities allowed the French merchant marine to surmount the two world wars but increased the rigidities of this branch and compromised its capacity of evolution. The overcost of the French flag has not been compensated by the technological innovations of the 1960’s while the insufficient integration of shipping put a brake on the commercial adaptations. The oil crisis of 1973 and 1979 hurled it into a crisis without precedent: in 2000, it doesn’t control more directly than 1% of the world tonnage. Its recession weakens the competitiveness of the French foreign trade and the harbour activities, and puts the question of the role of authorities, that are disengaged themselves of this expensive branch during the 1990’s, while affirming the necessity of the existence of a French flag.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+