Jean-Louis Beffa,

Le verre en Europe au XXe siècle: un bilan historique

Trois caractéristiques héritées du siècle dominent l’industrie du verre au début du XXe siècle: le verre plat est devenu un bien intermédiaire de consommation, les entreprises sont désormais fortement capitalistiques, et elles se sont spécialisées et regroupées. Les quatre grands secteurs–glace, verre à vitre, verre creux, fibre de verre–voient des changements techniques majeurs, qui donnent provisoirement l’avantage commercial à leurs inventeurs européens. Ces changements technologiques conduisent rapidement à des échanges de compétences techniques ainsi qu’à une politique d’alliances autour des grands producteurs, et ceci dans chaque secteur. La période 1950-1970 voit les entreprises européennes, qui ont gardé leurs positions d’avent-guerre sur le marché mettre l’accent sur la croissance quantitative, aidées en cela par le fort développement des marchés. La mutation technologique (1960) du «float glass», américaine celle-ci, entraîne l’émergence de nouvelles firmes, mais aussi l’échec de l’implantation américaine de Saint-Gobain. Elle met ainsi fin à des équilibres territoriaux historiques. De nos jours, les producteurs–voyant l’effondrement des prix suite à cette mutation–misent sur les produits à forte valeur ajoutée, et s’efforcent de rapprocher de leurs clients les sites de production.

Three main points characterize the glass industry in the beginning of the 20th century: plate-glass had become an intermediate consumer good, firms were extremely capitalistic, and they were more specialized and regrouped. In that period, major technical changes took place in the four sectors–plate glass, window glass, pressed glass, glass wool–and temporarily gave commercial advantage to their European discoverers. These changes yielded to a policy of union between large companies. In the period 1950-1970, the European companies, using their commercial positions of the forties, increased their production, helped by the important market expansion. The American « float glass » technological break (1960) led to the emergence of new firms as well as the failure of Sain Gobain’s attempt to implant itself in the United States. This break put an end to the historical territorial stability of the domain. Nowadays, industrialists prefer producing value-added materials (a logical reaction to the fall of prices in the primary production) and try to produce nearer their customers.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+