Hervé Joly,

L’intégration des diplômés de gestion au sein des élites économiques allemandes : une réussite partielle

Bien que l’enseignement supérieur de la gestion se soit développé dès le début du siècle en Allemagne, cette formation n’a jamais constitué une filière dominante pour l’accès aux élites économiques. Les diplômés n’ont pas plus que les juristes ou les ingénieurs une vocation particulière à exercer des fonctions managériales. La discipline a d’ailleurs adopté une orientation plus académique que pratique. Le principe de pluralisme des métiers qui préside au recrutement des directions des entreprises exclut de toute façon l’hégémonie d’une filière. Dans ce cadre plus limité, la réussite des diplômés de gestion apparaît alors non négligeable.

Although business curricula were introduced in Germany at the higher education level at the beginning of the century, this type of training never constituted a major entry path into the business elite. In the German view, business graduates have no more reason to exercise management functions than do legal or engineering graduates. Furthermore, business schools have tended to become academically, rather than practically, oriented. A principle of pluralism of educational backgrounds reigns over the recruitment of business leaders and thus excludes the hegemony of any particular background. Given these limitations, the relative success of business school graduates is all the more noteworthy.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+