Françoise Birck (avec Claude Didry),

La maison Berger-Levrault et la négociation du tarif à Nancy au début du siècle

Le dynamisme industriel de la maison Berger-Levrault correspond en grande partie aux spécificités d’une production liée aux commandes de l’État, qui en fait une «usine d’imprimerie». L’attachement des typographes à leur maison rencontre un métier aux fortes traditions auxquelles ils peuvent difficilement échapper et qui s’expriment à travers la négociation collective d’un tarif. La résistance au tarif dans l’agglomération nancéienne au tournant du siècle nous a fourni un indice du poids de la maison Berger-Levrault dans l’imprimerie nancéienne. La grève de 1901 intervient à un moment où cette maison s’ouvre à de nouveaux marchés dans le cadre d’une industrie nancéienne de l’imprimerie qui s’est profondément transformée.

The industrial dynamism of the firm Berger-Levrault corresponded, to a large extent, to the particularities of a production linked to State orders, making this firm into a « printing works. » The attachment of print-workers to their firm confronted a trade with strong traditions from which they could escape only with great difficulty. This was clear enough in the collective negotiation of price-lists. The resistance to a price-list in the Nancy area at the turn of the century provides us with an index of the influence of Berger-Levrault in this region. The 1901 strike occurred at the precise moment when this firm opened up new markets in a trade which had been, in the Nancy area, profoundly transformed.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+